Forum RPG Cyber Punk 18 ans et plus

Partagez | 
 

 Caym, calme et serviable.

Chef réputéSoteira (espion)
avatar
Caym Dogon
Chef réputé
Soteira (espion)
Messages : 8
Date d'inscription : 19/07/2015
Localisation : Dans ma cuisine <3

MessageSujet: Caym, calme et serviable.    Lun 20 Juil - 0:40

• Caym DOGON•









feat. Hijikata.Toushirou

• Identité ::
Caym Dogon
• Surnom(s) ::
C'est à vous de trouver.
• Âge ::
26 ans.
• Anniversaire ::
Le 7 septembre
• Nationalité ::
Anglaise
• Groupe ::
Soteira
• Métier/Fonction ::
Chef d'un grand restaurant réputé./ Espion dans mon propre restaurant, je ramène tout ce que j'entends.  
• Langue(s) ::
Anglais, Français et Italien.
• Taille ::
1m70
• Poids ::
68kg


.Autres Informations.


Malgré les apparences, j'ai beaucoup d'humour. Je ne suis pas très expressif, vous me verrez rarement rire aux éclats... mais sachez le, j'aime entendre une bonne blague. J'aime également être entouré de gens, même si je sais que la plupart ne m'aiment pas. J'ai vécu tellement de mauvaises expériences, que le mot ami est devenu trouble pour moi. Je suis, néanmoins, quelqu'un de très abordable et de très généreux. Vous me verrez presque constamment un sourire aux lèvres, (et une clope à la bouche)... mais ce dernier ne sera jamais réellement vrai. Et oui, je porte sans cesse un masque pour cacher la moindre de mes émotions négatives.


.Pouvoirs et contrecoups.

Je ne possède pas le moindre pouvoir.


.Description Physique.

Physiquement je ne suis on ne peut plus simple. Grand, mince, cheveux noir et court. Des yeux bleu nuit complètement inexpressifs...Je fais pas mal d'exercices, donc malgré moi à force je commence à être un peu musclé, même si ce n'est pas ce qui m'importe le plus. Je me fiche éperdument du physique. D'ailleurs je ne pourrait pas vous dire si je suis beau ou laid. Et puis d'ailleurs qu'est-ce que la beauté mise à par une pâtisserie parfaitement préparée ? Bref, je m 'égare, mais j'avoue ne pas trop savoir comment me décrire. Je n'ai pas de marques particulière, mise à part quelques cicatrices dans mon dos. Non je n'ai pas été battu, non je n'ai jamais été esclave contrairement à ce que beaucoup ont cru. J'ai toujours été à la base un civil fidèle, qui croyait au gouvernement... mais je m'égare encore. Je crois que je vais plus parler de mon code vestimentaire. Ce sera mieux que de décrire un physique des plus banal.  Je m'habille toujours classe. Pantalon noir, chemise blanche, gilet noir et une veste noir. Je ressemble à un homme d'affaire, assez classe, mais également à un escroc, sûrement à cause de mes sourires qui maquilles sans cesse mon visage et à mes manières parfois un peu bourrue. Je sais me tenir, je sais me montrer noble et poli, je connais sur le bout des doigts les bonnes manière, mais ce monde, au fond, n'est pas le mien. Quand j'oublie de sourire, j'ai une tête pas très engageante, mais je ne mord pas.  Vous me verrez également très souvent avec une clope à la bouche et avec un chat qui traîne dans mes pattes. Et oui, Luci, pour Lucifer, mon matou mâle me suis à la trace.


.Description Psychologique.

Consternant... totalement consternant. Je sais que la plupart s'attarde et juge sur mon physique pas toujours parfait. Je sais que des fois je peux sembler agressif et peu recommandable. Et pourtant, je suis chef de l'un des meilleurs restaurant de la ville où tous vos gros cul de riche aiment venir s’asseoir, boire du bon champagne, manger des mets raffinés et surtout, manger les desserts que je prépare. Alors que savez vous de moi réellement? Hein? Dites le moi? Oui dans le privé je me lâche, quand je suis chez moi c'est caleçon T-shirt, et parfois un training. Et, est-ce ceci l'important? Ou le plus important c'est que je vous serve vos desserts dans une tenue de chef impeccable. Ne vous fiez surtout pas aux apparences avec moi. J'ai un Q.I bien plus élevé que la moyenne, j'ai une manière de penser qui vous échappera certainement, et qui pourra vous agacer. Mais si vous aussi, vous êtes réellement intelligent et que vous avez un brin de jugeote, vous allez m'écouter et partager avec moi vos idées. Je ne suis pas imbus de moi même, loin de moi, je connais simplement mes capacités intellectuels. Je ne me sens pas supérieur aux autres, mais je trouve pathétique les gens qui ne veulent pas voir plus loin que le bout de leur nez. J'ai ma propre logique, et je vous le prouverais à plusieurs reprise, sans vous insulter, sans vous traiter d'idiot, loin de là. Sinon comme vous l'aurez compris, je suis un passionné de cuisine, de pâtisserie surtout. J'aime servir ma clientèle et surtout récupérer des informations pour les Soteiras. Qui me soupçonnerait moi? Un homme qui a tout fait pour réussir, qui a eu une vie presque banal? Je n'ai rien d'un traire, et en plus je suis bon menteur et j'embrouillerais votre cerveau à volonté afin de vous faire voir ma réalité. Ceci n'est pas un pouvoir, juste une manière de fonctionner. Sinon je suis quelqu'un de calme, de déprimé. Je pense sans cesse à la notion de vie et de mort. Cette question me hante sans cesse. Est-ce que ça vaux le coup de continuer à vivre dans ce monde? Ou ne serais-je pas mieux de l'autre coté? Je ne sais pas, trop de chose me retiennent ici, et également... trop peu. Enfin je suis continuellement en plein dilemme avec moi même, mais ceci personne ne le sais. Je n'ai pas vraiment d'ami et je n'en veux pas. J'ai été bien assez de fois poignardé dans le dos par ces derniers pour en accepter d'autre. Vous serez donc, pour moi, tout au plus un allié du clan, ou une simple connaissance.


.Biographie.


Je suis né un 7 septembre, en Angleterre, ma mère étant française et mon père étant anglais, j'ai appris ces deux langues durant mon enfance. Dernier d'une fratrie contenant deux autres sœurs. J'avais une mère, un père, et des grands-parents assez présent. Nous étions une famille banal et on ne peut plus normal. Rien de bien extraordinaire à raconter. J'ai passé une enfance plus que merveilleuse. Mes parents n'étaient pas très riche, mais à chaque vacances, nous allions à la montagne. Nous escaladions et suivions des chemins de randonnée en famille. Nous faisions régulièrement des piques-niques et des balades pour découvrir le monde. Je faisais également du vélo, et nous allions nous baigner de temps en temps au lac. Ce n'était pas la mer certes, mais nous étions en famille. Une famille heureuse et très liée. Je suivis une bonne éducation, avec beaucoup de difficulté scolaire. J'étais surdoué et ma manière de penser, de réfléchir ne convenait pas. J'étais souvent en heures de colle et insulté par mes camarades car j'étais différent. Je me sentais de moins en moins à ma place. Plus les années passèrent, plus je m'éloignais de ces gens qui ne me comprenaient pas. Je restais seul... abandonné par ma seule volonté, du moins je me réconfortais en me disant ça. Mes sœurs m'aimaient, mais ne pouvaient pas me défendre tout le temps.

A la fin de ma scolarité, je me suis lancé dans des études de cuisinier. J'avais alors 16 ans, ma sœur aînée de 22 ans était déjà mariée, et était enceinte de son premier enfant. J’étais heureux pour elle, et je continuais de me concentrer sur mes études. Celle du milieu, elle, elle étudiais les fleurs. Calme et souriante, elle adorait tout ce qui touchait à la nature. Elle était mon petit rayon de soleil. Elle m'aidait pour mes plats, goûtait et critiquait, et je faisais de même pour ses créations. Une vie des plus banal, qui n'est pas très intéressante à lire. Nous allons alors avancer dans le temps.

Mon aînée, Maya eut trois enfants que j'adorais, elle partit s'exiler en France avec son mari. Le reste de ma famille, mes parents, ma sœur et moi, (mes grands parents étant décédé avec le temps) nous nous rendîmes à Bethania. Mon père voyait en cette ville un futur idéal. Étant lui même un grand cuisinier, il y voyait mon avenir. Il était également sur que ma seconde sœur, Milya, aussi belle que menue, trouverait un mari avec une très bonne situation. Il cherchait la richesse. Ma mère, elle, suivait simplement, ne se posant pas la moindre question, elle s'occupait simplement de la maison. Je n'avais qu'une vingtaine d'année, et j'avais réussis tous mes examens avant de venir rejoindre cette ville si mystérieuse. Du coup, mon père pu acheter un magnifique restaurant avec ses économies et des emprunts. Et il me fit devenir associé. C'était un honneur avec mon jeune âge, et je devais encore me former. Et c'est ce que je fis. Je travaillais dès qu'il avait besoin de moi, suivant des cours, améliorant ma cuisine et mes connaissances pendant deux ans. Je rencontrais d'ailleurs par la même occasion Amely, une jeune femme radieuse. Mon père l'avait engagée comme serveuse. Notre attirance s'était vue immédiatement et notre relation était aller assez vite. Ma sœur quant à elle, travaillait dans un magasin de fleurs, elle y était comme un poisson dans l'eau. Tout était tellement beau et parfait. Je demandais même Amely en mariage, et elle accepta.

J'avais 23 ans... et ce fut là que les ennuis commencèrent. Mon père n'avait toujours pas remboursé ses emprunts. Et je ne savais pas du tout, que cette argent venaient de personnes peu fréquentable. Il avait emprunté son argent à un Serpentaire, et pas l'un des plus tendre; Simon Snow. Ce dernier exigeât un remboursement immédiat, mais mon paternel s'y refusa. Je ne sais pas ce qui lui prit, il avait pourtant quelques économies de côté, même si elles n'étaient pas suffisante, c'était déjà un début. Quoi qu'il en soit, à force de refuser, le serpentaire réagit et utilisa les grands moyens. Ce fut donc une histoire classique, qui changea ma vie à tout jamais. Ils enlevèrent ma sœur pour faire pression, ma petite princesse. C'est à ce moment là que mon père osa m'en parler franchement, il m'expliqua qu'il avait déjà tout remboursé, mais le serpentaire disait le contraire, qui croire? Que faire? Je me rendis à la police pour expliquer ce qui se passait, étant restée sourde à mon soucis suite à l'évocation du nom de Snow, je consultai un avocat, ce dernier me conseilla de rembourser nos dettes sans délais. Je réfléchis et je ne voyais qu'une solution, vendre le restaurant, quitte à rembourser à double, il fallait sauver ma sœur. Mon père s'y refusa une fois encore sous prétexte qu'il n'allait pas se laisser arnaquer, à croire qu'il préférait voir ma sœur disparaître, que son affaire. Ceci je ne pouvais pas l'accepter, je pris donc toute mes économies pour aller la chercher à un point de rendez-vous convenu. Mais je vous avoue que ces souvenirs restent assez flous, je les ai inconsciemment effacé de ma mémoire et en parler, y penser est très douloureux. Tout ce dont je me rappel, c'est que je suis arrivé dans une sorte de hangar, ce dernier était vide mise à part quelques caisses, ma sœur était là, attachée et menacée par plusieurs hommes armé, sûrement des employé de Simon Snow, dont, personne ne connais réellement son visage, je ne sais même pas s'il était là. Quoi qu'il en fut, mon père était aussi présent au rendez-vous, à mon plus grand étonnement et refusa net de payer, disant qu'il l'avait déjà fais. Je ne comprenais plus rien. J'essayais de négocier, expliquant que ma sœur n'avait rien à voir avec toute cette histoire. Mon père était venu armé, je ne sais pas comment il s'était procuré cette arme, mais il menaça les hommes. J'essayais de le raisonner et de tout faire pour sauver ma sœur. Les hommes nous menacèrent à leur tour, je ne sais pas ce qui c'est passé, je ne sais pas qui a tiré le premier. Mais je vis ma soeur se ramasser une balle en pleine poitrine et la fusillade commença. Elle finit aussi vite qu'elle commença, les hommes criant et se mettant à l'abri. Mon père avait tué deux hommes par un pur hasard et ne semblait plus avoir de balle. Ils se lancèrent donc à sa poursuite et je pu aller porter secours à ma sœur. Elle était encore vivante, mais elle était faible. Je la détachai et je la portai dehors. J'étais complètement déboussolé. Je ne comprenais plus rien. Une fois arrivé dehors le bâtiment explosa, le souffle propulsa sur nous les vitres, plusieurs morceaux me transpercèrent le dos, ainsi que celui de me sœur. Je criais sous la douleur et je m'écroulais. Pourquoi le bâtiment avait explosé? Je l'ignore... mais une chose est certaine, ce gouvernement est pourris jusqu'à l'os. Ne pas venir en aide à des citoyens sous prétexte que l'affaire concerne un serpentaire influent... je ne pouvais pas le tolérer. C'est là que je compris que ce pays n'était pas aussi libre que je le croyais, que j'ouvris les yeux. Il fallait se révolter. Mais je n'en était pas encore là, non j'étais encore étendu au sol, le dos en sang et ma sœur à mes côtés. Je l'observais, j'avais l'impression que la vie la quittait peu à peu... et elle me sourit avant de s'éteindre. Une autre douleur vint envahir mon corps, elle n'étais pas d'ordre physique à proprement parlé, mais mental, une souffrance que je ne pensais pas vivre un jour.

Suite à ça, je perdis connaissance et je me réveilla à l'hôpital. C'est à ce moment que je perdis goût à la vie. J'appris la disparition de mon père et surtout le décès de ma sœur ainsi que son enterrement avait déjà eu lieu. Non tout ceci était loin d'être un rêve. Je m'étais retrouvé inconscient plus d'une semaine, entre la perte de sang et mes blessures qui avaient mit du temps à commencer à guérir et mon état à se stabiliser. Je restai hospitalisé plus d'un mois, pendant ce temps, ma fiancée vint me voir tous les jours, mais je devenais de plus en plus distant au fil des jours, allant jusqu'à l'ignorer. Elle ne pus plus le supporter et elle finit par partir, me quittant. Elle me redonna l'alliance que je lui avait offerte. Mais tout ceci je m'en fichais éperdument. Il ne me restait que deux choses. Ma mère et le restaurant. Une fois mes blessures guéries, je sortis de l'hôpital, et je repris du service. Je vendis le restaurant, mon père ayant disparu, toutes les parts me revenaient de droit, et je remboursais sa dette pour ne plus jamais entendre parler de ces fichus serpentaires. Et j'ouvris un nouveau restaurant avec le reste de mes économies et de l'argent qui me restait du premier restaurant. Mais j'avais une idée bien précise en tête pour mon nouveau restaurant. Je me mis à chercher les Soteiras, je voulais les aider du mieux que je pouvais afin d'éliminer les serpentaires et cette société. Il y avait d'autre moyen que la violence. Je me renseignais discrètement et par chance, j’obtenais quelques informations rapidement. Prendre contacte avec eux... comment faire? Internet? Je ne suis pas mauvais sur ce niveau là, mais ça fait longtemps que je n'ai pas touché à l'informatique. Mais bon, je ne lâcha pas l'affaire. Après un bon mois de recherche, j'établis le premier contacte. Leurs messages étaient codé, quoi de plus normal? Mais ce ne fus pas un problème longtemps. Après plusieurs jours à réfléchir, je trouvai enfin la solution, hé pour une fois qu'être surdoué m'aide. Je me doutait également qu'ils allaient faire des recherches sur moi, qu'ils le fassent, je n'ai rien à cacher. Après plusieurs autres mois à prouver mon attachement à la cause, en leur donnant quelques informations que j'ai pu obtenir grâce à mon restaurant, j'ai pu les convaincre qu'il pourrait devenir un point tactique et discret. Je pus donc établir un contrat avec eux, j'ai pus monter ma nouvelle affaire. Un restaurant composé uniquement de serveur venant de Soteira. J'allais augmenter la qualité de la cuisine et attiré des clients de la haute société. Ceci fonctionna rapidement et bien. Et me voilà, 26 ans, chef respecté de l'un des plus grand restaurant, reconnu surtout pour ses pâtisseries. Allié des Soteira discret, mais fidèle. Mais après ces événements funeste je ne redevint jamais le même. Il ne faut pas minimiser les sévices que l'on subis tout au long de sa vie, que ce soit à l'école, lors d'une formation professionnel ou quand l'on sort, ceci reste gravé en nous. Ma scolarité avait déjà été mouvementée, l'humiliation subie, l'exclusion, les diffamations à mon égare m'avaient déjà transformée en être solitaire et distant. Mais le décès de ma sœur, la perte de ma fiancée et de mon père, me renferma encore plus. Je vis seul à présent, ayant laissé ma mère dans son chagrin, et oui cette dernière ne s'est jamais remise. Mais l'homme n'est pas fait pour vivre seul, et je ne suis pas faire pour vivre avec l'homme. J'ai donc décidé un jour d'adopter un chaton que je prénommai Lucifer. Oh pas à cause de sa bouille terrible, loin de là, mais j'aime son nom, et surtout son petit nom, Luci. C'est un chat tout blanc, fidèle et câlin, Il a souvent l'air fatigué et est très à l'écoute de ce que je ressens. Je sais que lui, ne me laissera jamais tombé.


.Hors-Jeu.

• Pseudo ::
Zay
• Comment avez-vous découvert Bethania? ::
C'est un DC, celui de Morgan.
• Âge réel ::
23, je vais sur mes 24
• Localisation ::
Suisse
• Fréquence d'activité ::
Environ 1 fois par semaine.
• Code de la charte ::
Validé par Caleb
• Mais encore? ::
I Love Cacao


Dernière édition par Caym Dogon le Lun 20 Juil - 19:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Caym, calme et serviable.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» TETES RAIDES
» [Story] Dors petite gaëlle...
» La fille de Molière et la musique
» Léon Boëllmann (1862-1897)
» Les ongles noirs des news

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bethania :: Fiches validées :: Soteira-